Devenez un leader vénéré grâce à ces 5 compétences clés en leadership

leadership
Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+

Qu’ont en commun Winston Churchill, Steve Jobs et Gandhi? Ce sont des leaders incontestés qui, grâce à leur pouvoir de conviction et leur authenticité, ont réussi à mobiliser leurs troupes autour d’un but commun. Je vous parle de ces figures emblématiques, car le leadership est un sujet à la mode…

Qui n’a pas vu défiler cette pléthore de publications sur les médias sociaux, qui comparent les traits de caractère d’un « patron » et ceux d’un « leader ». On y dépeint un portrait du patron presque tyrannique, inspirant la peur, ou, à l’opposé, un leader « laisser faire ».

En voici deux exemples :

leader1
Source : Wittyfeed

 

leader2
Source : Presentation GO

 

Bien souvent, le leader est vénéré. Avec raison. Le politicien américain John Quincy Adams disait : « Si vos actions inspirent les autres à rêver plus, apprendre plus, faire plus et devenir plus, vous êtes un leader. » Quel idéaliste ne souhaite pas cela?

Lorsque je donne mes formations en leadership, les participants sont avides de connaitre les fameuses compétences clés en leadership et, surtout, comment les parfaire afin d’incarner ce leader qui génère tant d’enthousiasme.

Je les invite souvent à essayer ce que j’appelle le « leadership partagé », c’est-à-dire amener l’individu à un autre niveau afin qu’il développe son propre leadership. En d’autres mots : « Take ownership of the lead ».

Vous sentez-vous interpellé? Avez-vous l’étoffe d’un leader? C’est ce que les prochaines lignes vous révéleront.

Les 5 compétences clés du leadership

 

Le leader est un bon communicateur

De bonnes aptitudes de communication permettent au leader d’être un meilleur négociateur. Le leader n’obtiendra pas nécessairement l’accord de tous les membres de son équipe à travers chacune de ses initiatives, mais ses talents de communicateur lui permettront de gagner en crédibilité, ce qui résulte en un meilleur engagement de la part de ses subordonnés ou collègues de travail.

Un bon leader prêche par l’exemple

« Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais », c’est le propre des patrons et non des leaders. Montrer l’exemple implique de faire preuve d’honnêteté et d’éthique à travers toute action. C’est au leader que revient le rôle de donner le ton, celui-là même qui dictera le déroulement des choses. Et quoi de mieux que de mettre la main à la pâte pour motiver les autres et les inciter à agir dans le même sens?

Le leader mobilise les employés

Dans la même veine, pour mobiliser les équipes de travail, rien n’égale la reconnaissance et la mise en valeur des talents des autres. Un bon leader sait reconnaître leur potentiel et les amène à croire en leur propre potentiel également. Il les incite à en tirer profit de telle sorte qu’ensemble, ils atteignent un but commun, profitable à tous, tout en ayant du plaisir à le faire. Avec une bonne rétroaction et le recours au renforcement positif, les employés seront gonflés à bloc et leur motivation atteindra de nouveaux sommets.

Il incarne le leader inspirant et inspiré

Obtenir le meilleur des gens autour de vous, c’est possible! Adoptez une approche de coach avec eux. Oubliez donc les vieilles sornettes; il ne s’agit plus de donner des ordres aux autres pour qu’ils passent à l’action. Encouragez-les et partagez avec eux vos expériences afin qu’ils tirent des enseignements de vos propres apprentissages. Cela veut dire qu’un bon leader sait se montrer vulnérable et ne crée pas d’écran de fumée entre ce qu’il est réellement et ce qu’il veut laisser paraître. Inspirez les gens et invitez-les à partager votre route, car un leader qui avance seul n’est qu’un homme qui fait une promenade…

Il accepte sa part de responsabilité

Jeter le blâme sur les autres ne fait pas partie des habitudes du leader. Au contraire, un bon leader se montre toujours prêt à accepter sa part de responsabilité. Il ne voit pas l’échec comme une finalité, mais plutôt comme un apprentissage. Il s’en sert comme un tremplin pour mieux rebondir et passer à l’action. Le leader ne se sent jamais victime d’une situation, il est plutôt une partie prenante des projets, peu importe les résultats qui en découlent. Chose est sûre, pour le bon leader, ces résultats riment souvent avec réussites.

Et puis, êtes-vous le leader né que vous croyiez être?

 

leadership

 

 

 

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+